16 JUIL 2018

Dans un article paru le 7 juin dans Journal of the Neurological Sciences, l’équipe du professeur Flamand-Roze de la faculté de Médecine de Sorbonne Université démontre formellement que les étudiants ayant participé à The Move ont une meilleure mémorisation à long terme des connaissances en neurologie.

The Move est une méthode d’apprentissage fondée sur le mime pour aider les étudiants en médecine à aborder l’examen neurologique : ils jouent des saynètes au cours desquelles ils reproduisent les manifestations des maladies neurologiques. Chaque saison se termine par un tournoi amical auquel sont présent coachs (enseignants) et étudiants. Les syndromes sont tirés au sort, et les groupes d’étudiants s’affrontent en « battles » successives, jouant les saynètes qu’ils ont inventées et répétées. À la fin de la compétition, le jury composé de l’ensemble des coachs désigne l’équipe vainqueur selon deux critères : l’authenticité médicale (du patient et du médecin) et l’originalité du scénario.
« Le caractère actif du processus d’apprentissage fait intervenir des fonctions cognitives et émotionnelles qui permettent de mieux mémoriser » explique le professeur Emmanuel Flamand-Roze. Le contexte ludique et l’atmosphère bienveillante associée à cet enseignement sont également des facteurs puissants qui favorisent l’apprentissage. « Cela permet aussi aux jeunes médecins de lutter contre la « neurophobie » ou « peur de la neurologie », très répandue chez les étudiants en médecine » ajoute-t-il. « C’est également un moyen de cultiver leur empathie en se mettant en scène à la place du patient. »
Ce programme mis en place à Sorbonne Université depuis 2014 se développe en France et dans le monde. Les équipes de Rennes, Dublin et Hanoï, qui ont également mis en place cet enseignement dans leurs universités, se sont rencontrées à Sorbonne Université au cours d’un tournoi international organisé le 12 juillet.

Mémorisation-TheMove
The Move aide à mieux mémoriser