• Colloque
  • Institut de Physique du Globe de Paris
    1 Rue Jussieu, 75005 Paris

A l’occasion du 250e anniversaire d’Alexandre de Humboldt (1769-­1859), un colloque d’une journée sur Alexandre de Humboldt réunira des spécialistes de diverses disciplines qui couvrent aujourd’hui les nombreux domaines auxquels le travail et les idées de Humboldt ont contribué, en particulier dans son oeuvre maîtresse Kosmos (1845-­ ‐1862).

L’objectif est de montrer comment le travail scientifique de ce plus grand encyclopédiste de la première moitié de l’Europe du XIXe siècle est plus que jamais au coeur des questions liées à notre planète d’origine, la Terre, et aux questions posées par notre entrée dans l’Anthropocène.

Vendredi 22 novembre 2019 de 9h à 17h30

Institut de Physique du Globe de Paris - 1 Rue Jussieu, 75005 Paris

Programme

Visite (en petit comité) de certaines collections de A. de Humboldt au Museum d’Histoire Naturelle de Paris.

Samedi 23 novembre 2019 à 9h

Jardin des Plantes de Paris - 57 Rue Cuvier, 75005 Paris

Contacts :

Jérôme Gaillardet - Gilles Fumey

Colloque Humboldt
Géographie des plantes équinoxiales © Gallica

Alexander von Humboldt est né il y a 250 ans à Berlin, en Prusse, et a passé la moitié de sa vie à l’étranger, notamment à Paris. Physicien et naturaliste voyageur de l’Europe des Lumières et du Romantisme, il a contribué à de nombreux domaines scientifiques développés au début du XIXe siècle, notamment la géographie physique, la géologie, le géomagnétisme, la géographie végétale, la climatologie et autres, et ouvert la voie à une vision holistique (Weltanschaung), inspirant les pionniers de l’écologie, les idées de la biosphère et Gaïa, et ce que les historiens des sciences naturelles appelèrent, la science « Humboldtienne », notamment l’histoire humaine de la nature. Il a nommé le monde comme aucun autre scientifique (villes, rivières, chaînes de montagnes et courants océaniques, sans parler des pingouins et des calmars). Il a exploré la Terre comme une planète dans le système solaire, des mines les plus profondes aux plus hauts sommets des volcans, accompagnant la naissance de la pensée géologique moderne et de la géophysique globale, construisant la base de ce que l’on appelle maintenant l’écologie, considérée comme un ensemble de processus bio-­‐physiques et chimiques dans lequel l’humanité n’est qu’un acteur parmi d’autres. Sa pensée visionnaire des systèmes a profondément influencé Darwin, les pédologues russes, Vernadsky, et encore aujourd’hui Lovelock, le mouvement écologique et ce que nous appelons maintenant les sciences du système terrestre ou science du système terrestre. Profondément libéral et démocratique, admirateur des révolutions américaine et française, anticolonialiste, son travail ethnographique et anthropologique et sociologique de la misère sociale doivent beaucoup sa conception radicale non conventionnelle de la liberté.

Organisateurs :

J. Gaillardet (IPGP, Université de Paris, IUF) et G. Fumey (Sorbonne Université)

Conseil scientifique :

J. Gaillardet (IPGP, Université de Paris), G. Fumey (Sorbonne Université), F. von Blanckenburg (GFZ Potsdam), B. Latour (Sciences Po, Paris), J. Grinevald (IHEID, Geneva)