12 JUIL. 2018
Prix Atos
Prix Atos - Joseph Fourier 2018 © Atos

Récompensant une personne ou une équipe pour l’excellence de travaux réalisés au sein d’un laboratoire français, public ou privé, le Prix Atos - Joseph Fourier 2018 vise à accélérer la recherche et l’innovation dans trois domaines clés pour la société : la simulation numérique, l’intelligence artificielle et le calcul quantique.

Le prix ATOS-Joseph Fourier 2018 a été décerné le 5 juillet 2018 à trois projets associant des chercheurs et enseignants-chercheurs de Sorbonne Université.

Simulation numérique

Le projet Tinker-HP, porté par les enseignants-chercheurs et chercheurs de Sorbonne Université Félix Aviat, Louis Lagardère, Yvon Maday, Jean-Philip Piquemal et Luc-Henri Jolly (CNRS), est lauréat dans la catégorie simulation numérique.

La plateforme, dont l'ambition est de réaliser des percées scientifiques dans le domaine de la simulation moléculaire, rassemble l'expertise d'une communauté pluridisciplinaire aux interfaces de quatre disciplines : mathématiques, chimie, physique et informatique. Ce logiciel vise à organiser des simulations moléculaires dynamiques en utilisant des champs de force avancés. Le projet pourrait avoir un impact sur un certain nombre de secteurs, y compris la santé et la biologie.

Développé à Sorbonne Université, le projet Tinker-HP a été soutenu dès le début par le Labex CalSimLab géré par l'ISCD (Institut des sciences du calcul et des données, Sorbonne Université), la Direction générale de l'armement (DGA, Maîtrise NRBC) et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Il a aussi bénéficié de collaborations élargies en particulier avec les membres de l’équipe projet Inria Matherials au Cermics (ENPC).

Intelligence artificielle

La start-up LightOn, co-fondée par Igor Carron et Laurent Daudet, a obtenu le premier prix de cette catégorie pour leur co-processeur optique, permettant d'accélérer certains calculs de l'IA en consommant moins d'énergie que les meilleurs processeurs graphiques. Cette technologie a été développée avec Sylvain Gigan et Florent Krzakala, professeurs à Sorbonne Université et respectivement chercheurs au laboratoire Kastler Brossel et au laboratoire de physique statistique.

La technologie LightOn utilise la lumière pour encoder les données numériques entrantes. Les impacts ont déjà été analysés grâce à la reconnaissance d’image et de texte : les processeurs optiques ont une puissance mille fois supérieure aux processeurs standards, et consomment dans le même temps une quantité négligeable d’énergie.

Calcul quantique

Quantum Safe Security, développé par Ludovic Perret, maître de conférence à Sorbonne Université et Jean-Charles Faugère, chercheur à l'INRIA, est lauréat dans la catégorie calcul quantique. Au cours des 15 dernières années, cette équipe a travaillé sur des algorithmes cryptographiques, capables de résister aux futurs systèmes de décodage basés sur l'informatique quantique.

Le projet a été développé au sein de l’équipe projet PolSys, commune entre Sorbonne Université, l'INRIA et le CNRS, au sein du LIP6, le laboratoire d’informatique de Sorbonne Université.

Grâce au soutien de la SATT Lutech, les chercheurs ont créé la start-up PQAT (Postquantum Advanced Technologies) en rassemblant des laboratoires de recherche de Sorbonne Université, du CNRS, de l’INRIA et des industriels de la cyber-sécurité et de la défense. PQAT accompagne les entreprises dans leurs transitions technologiques en leur proposant des solutions « quantum safe » résistantes aux attaques des ordinateurs quantiques.