Michael Eric Lambert © DR
Michael Eric Lambert © DR

Quelle formation avez-vous suivie ?

J’ai passé neuf années sur les bancs de Sorbonne Université, en commençant par une licence d'Histoire. J'ai par la suite continué avec un master en Histoire des relations internationales. Mon inscription en master est un souvenir marquant : elle témoignait de la confiance que vous accorde un professeur en acceptant de diriger vos recherches alors que vous êtes un étudiant qui vient à peine de terminer sa licence. 

J'ai continué avec un doctorat en Histoire des relations internationales et de l'Europe en 2012, en partenariat avec l'INSEAD aujourd’hui membre de l’Alliance Sorbonne Université. J’avais pour objectif d'analyser le soft power avec une méthodologie propre à l'historien pour penser celui-ci comme élément singulier à chaque pays. 

Pourquoi avoir choisi notre université pour faire vos études ?

Je souhaitais travailler en Europe et à l'international. La très prestigieuse Sorbonne proposait des cursus d’excellence qui répondaient à ce projet. Et on ne le mentionne pas assez souvent en France, mais la Sorbonne fait rêver en Asie et en Amérique du Nord. On s'en rend compte en voyageant : être un « Sorbonne man » par comparaison avec l'« Oxford man » ouvre de nombreuses portes. 

Décrivez-nous le poste que vous occupez actuellement

Après un séjour de recherche à l'université d'Ottawa, j'ai commencé à voyager en Europe de l'Est et notamment dans les zones de guerre pour y collecter des renseignements. Aujourd’hui, mon travail consiste essentiellement, en fonction du client qui en fait la demande, à me rendre sur le terrain (Abkhazie, Transnistrie, Caucase du Sud et mer Noire en général) pour y collecter des informations et les analyser pour le compte d’entreprises du secteur militaire ou encore de les partager avec le monde académique.

Comment avez-vous choisi de vous engager pour Sorbonne Université aujourd’hui ?

Je crois sincèrement en Sorbonne Université et je souhaite m’engager pour la faire rayonner et permettre à l'excellence francophone et européenne de s'exprimer pleinement. À ce jour, notre université est 36eme au niveau mondial et continue d'élargir son offre de formations, ce qui la positionne dans le top 10 des universités européennes, pour un budget abordable pour un étudiant, par contraste avec la Grande Bretagne et la Suisse par exemple. Elle est le symbole que l'université doit être accessible à tous et surtout à ceux qui ont la capacité et la volonté de développer leur formation intellectuelle. Je crois également que le doctorat, de manière générale et en particulier à Sorbonne Université, a une valeur qui mérite d’être mieux reconnue. J’ai donc souhaité m’engager pour aider à la création du nouveau Club des docteurs de notre université.

Citez-nous 3 choses apprises durant vos études

J’ai appris que le travail est ce qui amène à repousser nos limites. Je n'ai jamais été le meilleur, mais j'ai travaillé dur pour arriver à réaliser mon projet et faire ce que je fais aujourd’hui. La curiosité ensuite est essentielle. Avoir un doctorat est une vraie richesse et celui qui est curieux en tirera pleinement partie. Enfin voyager est une partie indissociable de l'enseignement académique. J’ai eu la chance de beaucoup voyager dans le cadre de mes études à Sorbonne Université.

Mis à jour le 15 NOV. 2018